Un mouvement de réflexion pour une réflexion en mouvement.

Derniers évenements sur poursuivre

Mardi 23 Juin 2020 : Mise en ligne du nouveau site internet de l’association.

Chaque poursuivant précédemment inscrit sur l’ancien site à reçu ce jour deux mails. Un en anglais et un en français. Ces deux mails sont légitimes. Le premier mail anglais vous informe que votre utilisateur est désormais inscrit sur le nouveau fond documentaire d’archives (désolé d’avoir utilisé la langue de shakespeare pour vous en avertir).

Le deuxième mail en français, vous informe que votre utilisateur à été migré sur le nouveau site.

La CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) interdit la recopie des mots de passe qui sont d’ailleurs cryptés sur les serveurs) aux associations ou entreprises, lors des transferts de comptes utilisateurs ou de migration (ici notre cas),

De ce fait, lors de votre première connexion, en cliquant ici ( se connecter ) vous allez devoir faire une demande de nouveau mot de passe que vous recevrez par mail.

N.B : un grand merci à Didier pour sa présence lors de l’élaboration de ce nouveau site qui a demandé beaucoup de temps et d’investissement personnel afin de me guider au mieux dans la réalisation de celui-ci. A ce jour, il existe encore certainement des petites imperfections, mais Didier et moi (le prestataire) sommes tellement imprégnés de ce site qu’il nous arrive de ne plus forcément voir les petits détails. N’hésitez donc pas à nous les faire remontés pour en faire la correction

Olivier

De ma fenêtre

Léonard, le génial inachevé

« Tu as vu « l’homme de Vitruve » ?

– Non. Il y avait trop de monde ; j’étais trop loin ! Tout le monde prenait des photos ! C’était infernal »

Les deux amies sont frustrées à la sortie de l’exposition. Ce petit bonhomme de 35 cm sur 26, finalement ni l’une ni l’autre ne l’aura vu ! Malgré leur parcours du combattant : la réservation sur internet, les longues minutes d’attente à la porte du Louvre donnant droit à une heure pile de visite. « L’homme de Vitruve », transporté avec des précautions infinies dignes du Saint Sacrement, rejoindra Venise avant même la fin de l’exposition le 24 février prochain. Trop fragile, ce dessin du jeune homme parfait.

Il y a tant d’autres manières de découvrir, de s’émerveiller, de s’émouvoir devant l’oeuvre protéiforme de Léonard de Vinci, devant l’homme aussi : en visitant tout tranquillement sa dernière demeure, le château du Clos Lucé à Amboise par exemple. On y déambule en toute proximité avec l’homme et une partie de son œuvre, celle-là qui lui tenait le plus à cœur puisqu’il l’avait emportée avec lui, à travers les Alpes en 1516 et qu’il y vécut jusqu’à sa mort en 1519. Sainte Anne, Saint Jean-Baptiste et, bien sûr la Joconde furent du voyage et imprègnent le lieu de leur perfection. Les originaux occupent les musées mais ici on rêve dans l’inachevé, l’imaginé, le pas encore fini, le toujours possible. Les dessins, les esquisses, les maquettes : c’est le règne de l’inabouti.

Et puis il y a ce parc, magique, enchanteur, aux arbres gigantesques diffusant une sensation d’harmonieuse complétude. Tout au long des allées, on bute sur ces drôles de machines qui surgirent de l’esprit de Léonard de Vinci, à l’état de croquis : char d’assaut, roue à aubes, hélicoptère, parachute, machine volante et tant d’autres engins hydrauliques et appareils bizarres révélant un imaginaire luxuriant qui furent réalisés en maquettes des siècles plus tard grâce à IBM !

« Philosophe de cour, fabuliste de palais », Léonard de Vinci s’est amusé, peut-être pour « divertir et émailler la conversation de bons mots », à écrire des maximes, des fables et des devinettes (1) qui nous le présentent sous un jour tout à fait inattendu et combien séduisant ! Voilà encore une jolie manière d’aborder ce génie universel ; par la petite porte, celle du presque minuscule bouquin qu’on garde jalousement sur sa table de chevet parce que c’est si bon de s’endormir après avoir lu quelques phrases d’apparence anodine mais qui donnent à réfléchir ou à sourire…

Quelques exemples parmi ses maximes?

« L’âge qui avance court en cachette et nous trompe, et il n’ait aucune chose qui aille plus vite que les années. »

« Quand la Fortune passe à ta portée, saisis-la d’une main ferme et attrape sa chevelure par devant parce que derrière elle est chauve ».

« Le bronze sera tel que l’aura fait le moule ».

« Demande conseil à qui sait se corriger ».

« Le conseil le plus loyal est celui que l’on donne depuis un navire menacé de faire naufrage ».

« On ne devrait pas désirer l’impossible ».

« L’ivrogne avale le vin. Le vin se venge en le saoulant ».

Ou encore, parmi ses devinettes :

« Et pour avoir soufflé trop vite et trop fort, ils perdront la vue, puis toute pensée et tout sentiment » Réponse : éteindre la lampe en allant au lit.

« Le vent qui traverse la peau des bêtes fera danser les hommes » Réponse ?

« On arrachera les enfants des bras de leurs propres mères à grands coups de bâton, on les jettera par terre et on les déchirera » Réponse ?

Les réponses sont dans le magazine : vous les trouverez en poursuivant votre lecture…

Le comité éditorial

(1) « Maximes, fables et devinettes ». Léonard de Vinci. Edition Arléa. 2002

Mais la plus grande artiste en ce domaine , n’est-ce pas Dame Nature, elle-même ?

Photos Jean Sabiron

Beaucoup d’artistes, et d’innombrables graphistes ont célébré et adopté les divines proportions du génie italien…

…. mais le graphique « ressemblant », et le plus frappant, des derniers mois n’a rien d’artistique :

il provient de la fiche technique d’un brevet innovant de la société AMAZON, en 2018:

Un bracelet ultrasonique qui donne «périodiquement» de petites impulsions à celui qui le porte, histoire de le rappeler à l’ordre ou, en termes plus techniques, afin de «surveiller une performance relative à des tâches assignées» .

</article >

Evénements à venir

Voyage

Le Maroc autrement

C’est un Maroc insolite, loin des clichés touristiques qui sera la destination du prochain voyage de Poursuivre.

Pendant douze jours, , du 20 au 31 octobre 2020, nous irons à la rencontre d’un Maroc traversé par l’Histoire et les traditions toujours vivantes, à la découverte de ces héritages à travers la spiritualité soufie, la visite de confréries, l’écoute des chants et des récitals de poésie mystique.

Le Maroc d’aujourd’hui, éco-citoyen, riche d’associations féminines, d’aide aux migrants du Sahel, de coopératives paysannes en agro-écologie et permaculture nous accueillera dans sa diversité et sa modernité.

Nous serons reçus dans des familles, nous rencontrerons des enseignants, des paysans, des jeunes…

Un voyage qui a du sens !

Strasbourg

Des innovations à découvrir

Depuis bientôt 30 ans,

POURSUIVRE organise chaque année dans une ville différente un voyage d’une semaine :

les Filières du Futur.

Comment rester informés des innovations qui se développent en France ?

Comment garder un contact avec les entreprises, les chercheurs, les nouvelles technologies ?

Comment connaître les responsables de haut niveau, les acteurs d’innovations annonçant l’avenir ?

Occasion de réflexion sur les enjeux des technologies présentées, les Filières du Futur invitent chacun à prendre une bonne distance par rapport au savoir institué, dans un climat d’échanges et de confrontations au sein même du groupe des participants.

Elles ne sont pas destinées à des spécialistes. Pluridisciplinaires, elles sont faciles à suivre au niveau technique et ainsi ouvertes à tous et à toutes.

Cette année, les Filières sont organisées par le groupe local de Strasbourg du 22 au 27 mars 2020

(qui les avait déjà organisées en 1994 !)