Un mouvement de réflexion pour une réflexion en mouvement.

Visite du Hartmanwillerkopf

Nos « Retrouvailles » au Hartmannswillerkopf, le 18 septembre 2018

Dès 9h 30, en ce matin d’été indien, notre groupe d’une trentaine de personnes, se retrouve à l’entrée de « l’Historial », musée franco-Allemand, dont la 1ere pierre fut posée par François Hollande en 2014, débutant ainsi les cérémonies du Centenaire de la Grande Guerre. Trois ans plus tard, en 2017, ce centre ouvre ses portes au public et sera inauguré fin de la même année, par le nouveau président Emmanuel Macron…
Tout de suite, c’est le choc ! Un film d’archives nous plonge dans l’ambiance de l’époque des protagonistes tout en nous expliquant les causes du conflit … C’est vivant et très pédagogique !
C’est ainsi que de tableau en tableau, guidés par un jeune homme passionné et attentionné, nous progressons dans la réalité des combats particulièrement meurtriers qui ensanglantèrent la « montagne de la mort » selon une appellation de ce temps…
Moyens audio-visuels performants, collections d’objets d’époque, d’artillerie, expositions diverses, simplicité et réalisme des explications de notre guide, tout est mis en œuvre pour nous permettre de réaliser l’enfer quotidien vécu par ces soldats Français et Allemands, tous victimes de la vacuité de la guerre …
En nous rendant sur le promontoire du monument, les drapeaux Français, Allemand et Européen flottent au vent, pour nous rappeler que l’Europe nous unit et garantit aujourd’hui la paix ! Ce lieu de mémoire est dédié à tous nos frères en humanité morts pour rien.
Le mémorial et la crypte constituent une suite logique et sans rupture d’un véritable pèlerinage !
Nous sommes en communion avec tous ces hommes, jeunes pour la plupart qui dorment sous ces croix blanches et sous la vaste coupole de la crypte …

Nous voici maintenant dans les tranchées, sur le champ de bataille : L’un de nous a trouvé des balles d’époque ! Là encore c’est un chemin de mémoire et d’union avec les combattants, par delà le siècle écoulé, que nous parcourons ensemble …
Le retour se fait à regret, tant nous avons l’impression d’avoir seulement entrouvert une porte et nous restons hébétés, conscients de notre méconnaissance, souhaitant revenir pour combler notre « soif » !

 

Pour le Groupe local
Marie-Thérèse BATT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *